GAZETTE AVRIL 2015: La double peine, vous connaissez ?

La loi dite “Solidarité et Renouvellement Urbain” fait peser sur les communes une obligation de faire construire au moins 25% de logements sociaux par rapport à la totalité des logements dont elles disposent. En cas de non-respect de cette obligation, les communes écopent d’amendes importantes à titre de sanction.

Pour obéir aux objectifs imbéciles et contraignants (avec des amendes multipliées par 5 depuis 2013 !) fixés par la loi SRU, les communes obligent les promoteurs privés à intégrer plus de 25% de logements sociaux dans leurs opérations neuves. Résultat des courses, dans les zones où le foncier est cher, les promoteurs sont donc obligés de revendre à perte à des bailleurs sociaux, jusqu’à 40% (sans subvention pour surcharge foncière) des logements qu’ils construisent. Mais il faut bien qu’ils se rattrapent ! La différence est alors répercutée sur les acheteurs de la partie privée des programmes, à qui l’on cache soigneusement, d’ailleurs, cette cause d’inflation du prix du m².

Reste à juger de l’impact de cette mesure, car même si ce n’est pas un impôt en droit, dans les faits, c’en est bel et bien un, déguisé, à la charge des nouveaux propriétaires. En temps de crise non plus on n’arrête pas le progrès, et c’est ainsi que ces nouveaux propriétaires financent doublement le logement social : une fois en achetant leur logement, une seconde fois par leurs impôts. On vit vraiment une époque formidable.

Pierre Yves ROUVE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.