Blocage et urgence à l'”Athéna”

Retour sur le dévoiement de la conduite BRL, payé en 2015 par la Commune pour un montant supérieur à 90.000 €.

Lors du conseil municipal du 9 mars 2015, à la question : en quelle qualité la ville du Crès, qui n’est ni propriétaire ni locataire ni occupante du terrain où se construisent les logements sociaux « Athéna » doit-elle payer les travaux de dévoiement des canalisations BRL ?, le Maire avait répondu : « il y a eu une erreur effectivement. Il conviendra que la ville se retourne contre qui de droit» (cf. PV du conseil municipal du 09.03.2015) .

Ce qui n’avait pas empêché la majorité municipale d’autoriser la prise en charge de l’indemnisation financière de BRL.

Pour faire suite à cette déclaration, par courriers adressés en décembre 2017 et février dernier, Agir pour Le Crès a demandé à Monsieur le Maire quelles démarches avaient été entreprises et quels en étaient les résultats.

Une réponse orale (!) de l’adjoint délégué à l’urbanisme est intervenue à la fin du conseil municipal tenu le 15 mars 2018.

Cette réponse souligne le peu de considération que témoigne le Maire à l’égard de l’opposition cressoise.

Dès qu’il s’agit de parler de l’ARGENT des Cressois, de sa provenance et de son utilisation, alors là, l’appli «interlocuteur absent» est aussitôt activée !

Selon l’adjoint délégué à l’urbanisme, le dévoiement de la conduite d’eau s’est avéré indispensable au moment de la réalisation du parking souterrain à l’Athena. Aucun des intervenants n’a voulu prendre à sa charge le coût des travaux.

Devant cette « situation de blocage », et pour éviter que le programme de construction de logements sociaux ne prenne du retard (six mois ?), « la commune a fait un deal et décidé de payer le dévoiement. C’est une décision politique, assumée, pour que le chantier puisse se poursuivre dans de bonnes conditions ».

Alors, en quelle qualité la ville a payé ? Toujours pas de réponse. C’est politique !

À se demander, dans ces conditions, pourquoi la seule majorité municipale a autorisé le 9 mars 2015 la signature d’une convention relative à la prise en charge financière par la ville de l’indemnisation du préjudice avéré de BRL pour le dévoiement de son réseau. À quel moment la ville a-t-elle causé un préjudice à BRL ?

Donc, blocage et urgence. Une de plus…pour notre Maire et sa majorité municipale. Alors, quand le projet Agora / Athéna est présenté comme mûrement réfléchi …qu’en est-il au niveau de sa préparation ?

Au Crès, faut-il bloquer certaines rues pour en obtenir la remise en état et un entretien suivi ?

Par ce que, ça aussi, c’est politique. Non ?

Allons Cressois, circulons. CIRCULONS et PAYONS !

Mais ça commence quand même à faire beaucoup !

Lâcher de truites

Lâcher de truites au Salaison pour la plus grande joie des jeunes pêcheurs cressois. Une très belle initiative de la Gaule Cressoise qui a enchanté les nombreux participants, de toutes générations…

Une matinée sous le signe de l’éducation et de la jeunesse en présence d’Agir pour LE CRÈS.

 

Culture Cressoise

En 2017, pour notre salle de spectacles Agora, le compte administratif fait ressortir :

– dépenses de fonctionnement : 357 930,00 euros.

– recettes de fonctionnement… : 22 760,00 euros.

Sans commentaire !
Mais comme aime à le répéter Monsieur le Maire : « La culture n’a pas de prix ».

Au Crès, si !

VIVE LE SUD (Bis)

Conseil municipal du 12 avril 2018. Question à Monsieur Le Maire :

Comment expliquez-vous qu’au Crès, les dépenses réelles de fonctionnement pour chacun des 9079 Cressois (720,55€) soient inférieures de 30% à la moyenne nationale (1 033€) ?

Réponse de Monsieur le Maire : « ….»

Explication de Monsieur l’adjoint délégué aux finances : « C’est un rapport très particulier, je ne regarde pas ce ratio ou très très peu…..vous savez, ici, on est dans le sud et si vous regardez les impôts sur le sud et les impôts sur le nord, c’est multiplié par 1,9 quasiment par 2. Moi je me base plutôt sur les 31 communes de la Métropole …»

En clair, au sud, trop d’impôts empêchent de dépenser plus…!?

Pour Agir pour Le Crès, il apparaît tout à fait possible pour « rattraper » ce déficit avéré au niveau des dépenses par habitant, d’accroître en nombre et qualité les services publics communaux, les moyens mis à la disposition par exemple, du CCAS, des aînés, des jeunes, des associations, et d’accroître certains effectifs comme celui de notre Police Municipale. PLUS et MIEUX.

Par ce que l’argent, NOUS L’AVONS. Plus de 3 millions d’euros à la fin de l’exercice 2017.

Finalement, en 2017, par rapport aux habitants de villes de même importance, chaque Cressois a payé 56% d’impôts EN PLUS et, en retour, a bénéficié de 30% de services publics EN MOINS. Et pourtant, c’est NOTRE argent !

D’accord nous ne sommes pas au nord. Mais Il y a quand même là matière à réflexion, non ?

Cressois, circulons et payons ! Vive le sud !

VIVE LE SUD !

Conseil municipal du 12 avril 2018. Question à Monsieur le Maire.

Le produit des impositions directes pour chacun des 9079 Cressois s’élève à 738,12 €.

Comment expliquez-vous l’écart de 56%, oui 56% de plus que la moyenne nationale qui est de 471 € ?

Réponse de Monsieur le Maire : « ….».

Explication de Monsieur l’adjoint délégué aux finances : « Par ce que nous sommes dans le sud et que les impositions au niveau national, entre la zone nord et la zone sud, sont du simple au double».

Ben voilà. C’est donc normal. Et puis y’a rien à ajouter !

Et ce sont pourtant bien les contributions payées par les Cressois qui sont concernées.

Pour Agir pour Le Crès, il apparaît clairement que les Cressois sont surtaxés et surimposés, et qu’il est tout à fait possible de réduire et d’abaisser les taux communaux des impositions votés par la seule majorité municipale. L’autosatisfaction relevant de la non augmentation des taux est injustifiée et inappropriée au regard des intérêts des contribuables cressois

Les montants sont suffisamment éloquents : 738 euros contre 471 euros au niveau national pour les villes de même importance.

Les impôts peuvent et doivent BAISSER au Crès.

Nos voisins Castelnauviens l’ont fait ces 6 dernières années.

Et au Crès ? Ah ! C’est vrai, …..nous, nous sommes dans le sud !

Que la lumière soit !

Notre salle de spectacles peut, selon l’expression populaire, briller de 1000 feux.

Ses recettes engendrées tout au long de l’année 2017 (22 760€) ont couvert les dépenses annuelles d’énergie et d’électricité pour l’ENSEMBLE des installations culturelles cressoises (17 024€).

Reste quand même pas grand chose pour régler les autres dépenses importantes de l’Agora (spectacles, personnel, loyers).

Laurent SOCCORO

Laurent SOCCORO, nouveau Conseiller Municipal de la liste Agir Pour Le Crès.

46 ans, Attaché d’exploitation chez Urbaser Environnement, Président du Club Central des Supporters du MHSC, Adhérent du Club Taurin et Sympathisant du club Castelnau le Crès FC.

Habitant depuis 1997 sur Le Crès, marié, 2 enfants. Je suis engagé pour l’évolution de la commune depuis 10 ans et 4 ans auprès de Stéphane CHAMPAY et de la liste Agir Pour Le Crès. Je vais continuer, tant au conseil municipal qu’en extérieur avec mon implication au sein des associations.