CONSEIL MUNICIPAL : histoire d’eau cressoise.

Les constructions qui seront réalisées pour l’Athéna ( logements sociaux ) se trouveront à l’aplomb de deux canalisations d’eau potable , une grosse pour Montpellier et une petite pour le Crès.

Conséquences :

Vu les risques importants quant à leur fragilisation et leur rupture éventuelle, encourus au cours et à la suite des travaux, il convient de procéder à leur dévoiement. C’est à dire, aménager un nouveau tracé et abandonner la ou les conduite(s) hors service.

De son côté, le concessionnaire responsable et gestionnaire des canalisations, est tenu d’assurer une continuité de service public. Notamment, l’alimentation en eau de la station de potabilisation du Crès.

Bien évidemment, le dévoiement qui apparaît nécessaire représente pour lui un aménagement nouveau, avec des travaux à réaliser qui, bien sûr, ont un certain coût.

Qui doit payer ?

Pour notre majorité municipale, s’agissant de la seule canalisation intéressant Le Crès, c’est à la ville “de prendre à sa charge financière l’indemnisation du préjudice avéré ( pour le concessionnaire ) du fait de l’impact du projet sur son réseau hydraulique et la contrainte du dévoiement qui en résulte” (ordre du jour du conseil municipal du 9 mars dernier).

Pour “Agir pour Le Crès”:

1 – La ville ne dispose plus d’aucun droit de construction sur  le terrain de l’Athéna , puisqu’elle l’a vendu le 19 décembre 2014,

2 – La ville n’est pas le maître d’œuvre,

3 – La ville n’est pas le maître d’ouvrage,

4 – La ville ne participe pas au financement.

On peut raisonnablement considérer que le constructeur de l’Athéna a réalisé toutes les études de sol et sous-sol, et a été informé de l’ensemble des servitudes, antérieurement à la présentation de son projet, retenu et accepté par la ville. Et si préjudice il y a, pourquoi aucun recours n’a été exercé, à notre connaissance, à l’encontre du permis de construire.

Alors, en quoi et en quelle qualité la ville du Crès peut-elle être responsable du préjudice subi par le concessionnaire de la canalisation d’eau, et intervenir dans l’opération au point de prendre en charge le coût des travaux de dévoiement, soit 99.122 euros ? (Au passage, comparés aux 83.420 euros de subventions aux associations ….?!) C’est bien sur cette indemnisation de 99.122 euros que le conseil municipal était appelé à se prononcer (point 13).

Tout contribuable cressois appréciera et se fera sa propre opinion.

Les élus “d’Agir pour Le Crès”, soucieux de la bonne utilisation des fonds publics, ont naturellement voté CONTRE, considérant que cette dépense n’incombait pas à notre commune.

Quant aux membres de la majorité municipale, comme un seul homme…..!

Puisque c’est la majorité qui l’emporte, payons ! Encore et encore !

Et pour la canalisation intéressant Montpellier ? Pas de solution annoncée pour l’instant. Espérons qu’il ne faudra pas faire de nouveaux travaux, financés par….?

Mais ça, c’est une autre histoire….d’eau ?

Avec “Agir pour Le Crès”, toujours Plus et Mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.