REUSSIR Le Crès – Septembre 2017

Ce qui s’est joué au dernier conseil municipal laisse une impression de malaise, et peut légitimement interpeller tout citoyen du Crès. Au menu, le vote pour la signature d’une convention avec l’Etablissement Public Foncier, dans le cadre de l’aménagement du secteur sud du Crès.

Ce droit d’achat prioritaire permettra à l’EPF de se porter acquéreur d’un bien foncier en se substituant à l’acheteur. Il assure le portage des terrains le temps (5 ans) que la collectivité définisse son projet. Il cède alors le foncier qu’il a acquis, à la collectivité maître d’ouvrage ou à son aménageur.

C’est un acte lourd de conséquences, qui à terme va changer le visage d’un village résidentiel en cité de banlieue dans le secteur sud du Crès. En effet, cette transaction va autoriser le Maire à mettre en place sa politique urbaine de bétonnage à tout va, en conformité avec la délibération de la Métropole, dont le programme local de l’habitat nous a prévu 154 logements sociaux sur la période 2013/2018.

Immobilier, espaces naturels, terrains agricoles, tout pourra faire l’objet de ce portage foncier, afin de constituer d’abord des «réserves foncières» qui, devinez la suite ? bien vite verront fleurir les tours sous le regard bienveillant de la SAAM et au profit des promoteurs. C’est cette atteinte à la liberté, à la propriété, et à terme à notre cadre de vie du village que nous aimons, que nous dénonçons avec force.

PY ROUVE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *