BILLET D’HUMEUR: Lard et la manière

Quand la municipalité outrepasse les règles, les Cressois en pâtissent !

Je fais suite à l’intervention des élus de l’opposition lors du dernier conseil en date du 22 juin 2017 à propos de la décision municipale (*) 08-2017 prise le 6 avril dernier et dont l’objet était la désignation d’un avocat.

De quoi s’agit-il ?

Plusieurs résidents de la rue du couchant ont émis un recours en annulation du permis de construire autorisant l’aménagement d’une salle de prière, pour les motifs suivants :

  • Non – respect de la réglementation de la zone qui interdit l’installation d’activités autres qu’industrielles, artisanales ou  commerciales.
  • Non – respect du PLU pour la nouvelle installation compte tenu des obligations de création de places de stationnement en nombre suffisant.

Par ailleurs, le comportement « border line » des responsables de cette nouvelle activité  ne choque pas la majorité municipale. Que la caméra de cet établissement balaye la voie publique au mépris du droit  ne choque personne? Filmée lors d’un contrôle, une élue a été arrêtée au motif qu’elle circulait dans la rue.

Quel  intérêt avait donc monsieur  le Maire à autoriser cet établissement ? Pourquoi  ne fait-il pas respecter les libertés individuelles – droit de se déplacer librement, droit à l’image – des Cressois ?

Cerise sur le gâteau : A la question « Est-il judicieux d’autoriser une salle de prière à côté d’une salle de fitness ?», un élu d’opposition s’est fait traiter de « raciste » par un membre de la majorité. Il parait qu’on reconnaît les grands hommes à leur souci du détail !

(*)Les décisions municipales ne font pas l’objet d’un vote

Jean COMBALBERT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *